Comment obtenir un crédit lorsqu’on est freelance ?

13 février 2020

On le sait tous : les banques ne sont pas connues pour apprécier les indépendants. En cause, leur rémunération souvent fluctuante qui n’est pas pour rassurer ces prêteurs d’argent. Il peut être très rageant de se voir refuser un prêt immobilier lorsqu’on a un projet professionnel qui tient la route et des revenus qui tombent régulièrement. La bonne nouvelle, c’est que ce n’est pas une fatalité. Que vous ayiez besoin d’un crédit pour votre travail, pour acheter un appartement, une voiture ou tout autre bien matériel, différentes possibilités s’offrent à vous.

Se construire un dossier solide

Tout d’abord, il est conseillé de créer un dossier en béton pour rassurer les banques sur votre sérieux et votre fiabilité. 

Voici les documents qu’il est nécessaire de se procurer :

  • Vos deux derniers bilans comptables, réalisés par un expert-comptable
  • Votre dernier avis d’imposition
  • Votre dernière déclaration de revenus
  • Un bilan prévisionnel (utile pour confirmer votre solvabilité), ou bien la liste de vos devis/commandes en cours
  • Votre rémunération si vous êtes gérant d’une EURL

A savoir : il est mieux d’avoir trois ans d’ancienneté minimum dans votre activité avant de solliciter un crédit. 

… et se montrer rassurant

Si les banques se montrent souvent frileuses à l’idée d’accorder un crédit à un indépendant, ce n’est pas pour autant que vous devez vous faire une raison. Que vous demandiez un crédit pour des raisons professionnelles ou personnelles, montrez à votre interlocuteur que vous êtes un indépendant passionné et engagé dans son activité. Détaillez la liste de vos réussites professionnelles afin de rassurer sur votre taux d’engagement. Votre banquier doit comprendre que vous êtes tout aussi fiable qu’un fonctionnaire ou qu’un employé en CDI, sinon plus. Vous pouvez également faire appel aux services d’un courtier qui vous aidera à mettre en évidence les points forts de votre dossier.

Les alternatives au crédit bancaire

Si vous ne réunissez pas les conditions nécessaires à l’obtention d’un crédit bancaire, ce n’est pas une fatalité. D’autres options s’offrent à vous pour réunir des fonds que vous rembourserez sur plusieurs années.

Le prêt familial

Le prêt familial est très intéressant car vous n’avez pas d’intérêts à payer. De plus, il est beaucoup plus simple de convaincre un de vos proches de votre solvabilité et de votre honnêteté qu’un inconnu. Un prêt familial se conclut de deux manières différentes : chez un notaire ou sous seing privé (donc avec reconnaissance de dettes). 

Le prêt entre particuliers

Le prêt entre particuliers est une alternative très intéressante qui s’est beaucoup développée ces dernières années. De nombreuses plates-formes d’économie participative proposent des crédits pouvant aller jusqu’à 30 000 euros. C’est intéressant pour le demandeur, qui bénéficie d’un taux d’intérêt plus bas que celui d’une banque. Ça l’est aussi pour le prêteur, dont le gain est supérieur à celui d’un livret A. Attention toutefois : vous ne devez pas être en situation d’endettement pour que votre dossier soit accepté.

Le micro-crédit

Vous avez besoin d’une petite somme par exemple pour financer votre formation ou acheter un véhicule ? Vous pouvez solliciter un micro-crédit n’excédant pas un montant de 3000 euros auprès de l’ADIE (Association pour le droit à l’initiative économique). Cela vous garantit de ne pas payer d’intérêts et vous permet par exemple de cumuler un prêt bancaire important et un micro-crédit secondaire.

Tags : , , , , ,

Classés dans :

Laisser un commentaire